J'ai fais grève le 15 mai, et depuis on arrête pas de me railler dans mon entourage (pas vraiment pro-fonctionnaire).
Tous pensent que les profs font grève pour profiter du printemps, sauf que moi c'était plutôt marcher sous le cagnard.

Alors plutôt que de m'épuiser à répéter les causes de cette grève, je citerais ici une instit' d'un blog culinaire, Véro

"1) On nous supprime deux heures par semaine, mais on alourdit nos programmes (les élèves passent de 26 à 24 heures). Certaines notions en grammaire qui normalement sont vues au collège, alors que c'est déjà assez lourd comme ça, la lecture dès la grande section, la division plus tôt, histoire de l'art rajoutée (on le faisait déjà en histoire, mais quand même)... On va faire plus de choses, mais en saupoudrage, pas le temps de revenir dessus, "Toi, petit, t'as pas compris ?? Tant pis pour toi, on n'a pas le temps !!!"

2) Suppressions de postes alors que les classes sont bien assez chargées comme ça. En plus en cas de maladies, perso je n'ai jamais été remplacée, les gosses sont répartis dans les classes et c'est le bronx.
panneauenfants

3) les nouveaux programmes sont faits de telle façon que les élèves en difficulté vont l'être encore plus ! Et je trouve que les enseignants auront de moins en moins de liberté pédagogique, ça c'est mon avis. Tout le monde devra faire pareil, au mépris d'un principe essentiel: les enfants n'apprennent pas tous de la même manière ! Ca s'appelle la différenciation, l'enseignant doit s'adapter aux différents profils d'apprentissage des enfants. En imposant une méthode et une seule, on colle les gosses à qui elles ne correspondra pas sur le bas-côté, et on leur dit: "démerde-toi coco !!!"

4) on n'a même pas eu le temps d'évaluer ce que les programmes précédents pouvaient donner !!! Et après on va se plaindre que les gosses sont une génération de zappeurs, même à l'école on ne propose rien qui dure plus de 3 ou 4 ans ! Depuis que je suis sortie de l'IUFM (l'institut de formation), on a déjà changé de programmes 3 fois !! Je suis pourtant pas une vieille routarde...

5) on se fout de notre gueule parce que les grandes lignes sont: "retour aux apprentissages fondamentaux, lire écrire compter, et surtout retour à la politesse". Moi ça me fait HURLER qu'on me prenne pour un guignol comme ça, qu'est-ce qu'ils croyaient que je foutais dans ma classe, toute la journée ????? Que je leur apprenais les claquettes ? Quand je vois le temps que ça me prend d'établir les règles de vie, d'apprendre aux gosses que "J'ai pas de stylo vert" c'est pas tout à fait pareil que "Je peux avoir un stylo vert s'il te plaît ?"...

6) nous les enseignants, pour compléter les deux heures par semaine qui sautent, on proposera une demi-heure à 3/4 d'heure par jour de soutien aux élèves, en dehors des heures de classe. Dans le principe je me dis que ça pourrait en aider certains, mais quand je vois l'était dans lequel certains sont quand ils partent de l'école le soir... C'est toujours pareil, ces heures devraient surtout profiter aux élèves en difficulté, mais laisse-moi te dire que ces élèves là n'ont AUCUNE envie de rester une heure de plus à l'école le soir et d'en remettre une couche (je dis une heure de plus parce qu'il faudra prévoir un temps de battement, pour qu'ils s'aèrent un peu)... En plus cette décision a été prise sans consulter personne, elle change pourtant pas mal de choses pour beaucoup de monde: les trnasports scolaires vont être chamboulés: quand 25gosses qui prennent le bus vont au soutien et que 25 gosses qui prennent aussi le bus n'y vont pas, qu'est-ce qu'on fait ? On fait attendre les 50? On fait deux aller-retour avec un bus à moitié rempli ? Les services municipaux aussi sont embêtés: les dames de services en voient leur journée allongée d'autant, elles ne peuvent pas nettoyer les classes si on y est une heure de plus... Les parents surtout vont être embêtés: les petits à la maternelle n'auront pas une heure de soutien, donc si tu en as un en maternelle et un en primaire, ben voilà. Pour ceux qui mettaient un point d'honneur à aller chercher leur enfant au portail, et bien ils mettront un point d'honneur à aller au portail deux fois à une heure d'intervalle ! Ou alors, merci l'education nationale, ils colleront les petits à la garderie en attendant et on peut les comprendre.

7) Dernière grosse chose: les stages de soutien aux enfants pendant les vacances. A chaque vacances, tous les matins pendant une semaine (5 jours), on prendra par petits groupes les enfants très en difficultés. Perso, je veux bien voir ce que ça donne, d'ailleurs je me suis proposée pour celui de juillet. Mais ma question est toujours la même: les enfants en difficulté ne sont pas ceux qui aiment le plus l'école, on se demande pourquoi (je sais que certains vont penser "parce que leur maîtresse n'est pas assez pro", libre à eux). Bref ces mêmes petits qui sont ravis quand enfin sonne la cloche à 17 heures, qui dorénavant devront rester une heure de plus le soir, devront en plus revenir pendant les vacances !
Enfin, je ne suis pas convaincue à 100%, mais il faut essayer. J'espère qu'en leur présentant les choses de la bonne manière, ils ne souffriront pas de stigmatisation, de mise à l'écart des autres, et surtout qu'ils prendront plaisir à venir ! Enseigner à un enfant qui n'a pas envie n'est jamais efficace...

8) des détails, mais ça me saoûle:
- apprendre aux gosses à se lever quand ils entendent la Marseillaise. N'importe quoi, vraiment.
- leur apprendre à nous vouvoyer dès le CP: ils finissent tous par nous vouvoyer, en CM2 ils le font d'eux même, pourquoi faire suer les petits alors que nous on aime tellement travailler avec des bouts de chou qui nous disent tu...
- les faire se lever quand qqun entre dans la classe. On n'est pas au collège, 28 petits qui se lèvent 6 fois par jour pendant les cours, ça fait du boucan, et ça fait perdre du temps !!! (car oui, en primaire y a beaucoup de gens qui rentrent dans la classe, j'exagère à peine: pour la feuille de cantine, pour les livres de bibliothèque, pour l'appel des absents, pour un bracelet perdu... ) Merde, qu'ils restent assis et qu'ils continuent de bosser, ça en fera pas des délinquants malpolis quand même !!!

Encore heureux, on nous a quand même demandé ce qu'on pensait de cette réforme. On a pris une matinée supplémentaire pour se concerter, et pour écrire notre avis. Si j'en crois ce que j'ai lu, vu et entendu partout, d'école en école, le ministre n'a pas du être déçu ! A tel point qu'il est revenu sur deux choses qui étaient totalement abérrantes en prime:
- il nous avait rajouté une heure de sport supplémentaire. Oui, oui, deux heures de classe en moins, programmes plus lourds, et une heure de sport en plus ! Soit une heure de sport par jour. Et après, il faut faire du fondamental...
- il a raccourci les heures dévolues aux sciences, aux arts (musique et arts plastiques) mais moins que ce qui était prévu... On aura un peu de temps pour ne pas en faire des incultes, qui connaissent des noms de peintres mais n'ont jamais tenu un pinceau.

Quant au service minimum, eh bien il est évident que quand je prends le train, et qu'il n'y a pas de chauffeur, je me dis la même chose que toi. Dans notre cas comme dans celui des cheminots, il est evident que cette mesure remet totalement en cause le droit de grève. Après, c'est un autre débat, mais oui, quand on est emmerdé parce que l'école de Titou est fermée, on est pour le service minimum, je peux le comprendre. Ceci dit je suis maman aussi, et ça m'est arrivée à moi aussi de devoir emmener ma gosse au boulot! Et on a quand même des tas de parents qui nous soutiennent, et qui nous le disent, même s'ils doivent faire des pieds et des mains avec leur petit...
Le rendre obligatoire, c'est encore une grande preuve de la capacité d'écoute de certains là haut au sommet, c'est quand même surtout mettre les mairies dans la panade, je peux te dire que chez nous celui qui râle le plus, ce n'est pas un enseignant, c'est le maire !!!
Il faut aussi espèrer que le personnel qui sera en charge des enfants sera compétent... Pour certain le personnel ne manquera pas, mais pour d'autes... Je ne sais pas si le cantonnier de la commune, aussi gentil soit-il, ne risque pas d'être débordé !
Nous, notre école n'a pas fermé, et sur 5 classes de profs en grève (soit environ 130 gamins en perdition), seulement 4 enfants se sont pointés à l'école le matin. Je suis assez fière des parents de notre école, e doit dire, j'en ai même croisé un à la manif !
Chacun voit midi à sa porte dans ces cas-là... Tout le monde n'a pas les mêmes possibilités, c'est évident. Instaurer un service minimum pour 4 schtroumphs, on peut comprendre le mécontentement du maire !!!

Voilà, une tartine indigérable, mais c'est à peu près comme ça que je perçois les nouveaux programmes aussi. Ce qui m'ammène à:
9) je note chez les profs autour de moi une baisse d'enthousiasme considérable depuis que ces programmes sont tombés. Oui, je sais, on n'est pas les plus à plaindre, loin de là ! Mais des profs qui n'aiment pas ce que devient leur métier, ça fait des mauvais profs... Et un mauvais prof, c'est payé comme un bon, mais ça fait des dégâts !

panneau_instit

Posté par Véro C.Métisse, samedi 17 mai 2008 à 11:33